Faire la lumière sur la performance énergétique des appareils de chauffage au gaz actuels

Les installations de chauffage à air pulsé fonctionnant au gaz dominent le marché dans bien des régions du Canada. Les générateurs d’air chaud au gaz sont les plus courants, mais les systèmes combinés ont pris une part de marché de plus en plus grande, tandis que les installations mécaniques intégrées off rent maintenant une troisième option.

Mais comment la performance énergétique de ces systèmes se comparet-elle? Diffi cile à dire. La comparaison des cotes d’efficacité n’est pas évidente puisque ces produits ne sont pas testés en fonction de la même norme. Chacune des normes utilisées établit des conditions de fonctionnement différentes et peut comporter des tests portant sur l’ensemble de l’installation ou seulement sur ses composants individuels.

Enbridge Gas Distribution voulait savoir comment la performance d’une installation mécanique intégrée fabriquée par NY Thermal Inc. (un produit appelé Matrix 100V) soutenait la comparaison avec les systèmes traditionnels. Enbridge savait que le CCTR serait l’endroit idéal pour eff ectuer une bonne comparaison des diff érents systèmes. Il serait en eff et possible d’y mettre à l’essai les installations dans des conditions pratiquement identiques quant aux charges de ventilation, de chauffage des locaux et de production d’eau chaude sanitaire. On pourrait ainsi recueillir des données comparatives en période hivernale, durant les saisons intermédiaires et en été. Il suffirait ensuite d’extrapoler ces résultats sur une année connue pour laquelle on dispose de données de charge afi n de comparer la performance énergétique annuelle.

Enbridge a donc communiqué avec CanmetÉNERGIE, de Ressources naturelles Canada, pour lui demander de procéder à ces analyses au CCTR, ce qui a mené à la mise en route de travaux fi nancés conjointement par Enbridge et RNCan (par l’entremise du Programme de recherche et de développement énergétiques) qui ont permis de comparer la performance des trois systèmes suivants :

  • Générateur d’air chaud+, constitué d’un générateur d’air chaud à condensation fonctionnant au gaz naturel et ayant un rendement énergétique annuel (AFUE) de 94 % (CSA P.2), d’un chauffe-eau au gaz naturel à tirage induit ayant un facteur énergétique de 0,60 (CSA P.3) et d’un ventilateur récupérateur de chaleur (VRC) affi chant une efficacité de récupération sensible de 69 % à 0 °C (CSA C439)
  • Système combiné+, constitué d’une chaudière (chauff e-eau sans réservoir) ayant un rendement énergétique annuel de 90 % (CSA P.2), d’un groupe de traitement de l’air, d’un réservoir de stockage d’eau chaude et d’un VRC ayant une efficacité de recuperation sensible de 69 % à 0 °C (CSA C439)
  • Installation mécanique intégrée, présentant les cotes suivantes relatives à la CSA P.10 : facteur de performance thermique global de 0,91, consommation d’électricité de 1 826 kWh/année, efficacité de chauffage composite de 89 %, facteur de performance du chauffage de l’eau de 0,81 et ventilation à récupération de chaleur intégrée affichant une efficacité de récupération sensible de 60 % à 0 °C.

Résultats

Pour la durée d’une année au CCTR – le ventilateur de chacun des systèmes étant équipé d’un moteur à commutation électronique –, l’installation mécanique intégrée utiliserait le moins d’énergie : soit 7 % de moins que le générateur d’air chaud+, et 14 % de moins que le système combiné+. Sur le plan de la performance saisonnière, l’installation mécanique intégrée utiliserait le moins d’énergie pendant 310 jours de l’année, alors que le générateur d’air chaud+ en utiliserait le moins durant les 55 jours les plus froids. Pour sa part, le système combiné+ s’est avéré le plus énergivore durant l’ensemble de l’année. La diff érence entre la performance du système combiné+ et celle de l’installation mécanique intégrée est en partie due au fait que le dispositif de commande de cette dernière permet de varier la température de la boucle d’eau ainsi que la vitesse du ventilateur. Cette régulation permet de réaliser des gains d’efficacité lorsque les besoins en matière de chauffage des locaux sont moindres.

D’après les résultats de cette comparaison, l’installation mécanique intégrée pourrait s’avérer une solution de rechange éconergétique par rapport aux installations résidentielles dont on équipe couramment les maisons au Canada.

Pour obtenir d’avantage d’information sur ces travaux de recherche, veuillez consulter notre sommaire de recherche sur les systèmes mécaniques intégrés au bas de cette page : http://canmetenergie.gc.ca/fra/batiments_communautes/cvc_systemes_energetiques/systemes_mecaniques_integres.html.

Exemple de données de consommation tirées des essais sur les foyers.

 

Date de modification :